La tomate et la pomme, légume et fruit les plus populaires

En 2015, le belge moyen a plus ou moins acheté les mêmes types de fruits et légumes que l'année précédente. La tomate reste le légume le plus populaire et la pomme est le fruit le plus populaire. Les dépenses ont plus fortement augmenté en raison des prix plus élevés, bien que le volume des achats ait quant à lui reculé.(*)

Pas de changement dans le top dix des légumes
Le top dix des légumes les plus populaires reste inchangé en 2015. Le légume le plus acheté est la tomate, devant la carotte, l'oignon, l'endive et la salade. Les poireaux, poivrons, champignons, courgettes et choux fleurs complètent ce top dix. " Nous n'assistons à aucun glissement au sein du classement ", souligne le VLAM, " mais chacun de ces légumes perd du terrain. " Le numéro un du panier de légumes, la tomate recule de 3 % en volume, à 6,14 kilos par Belge. Le légume qui enregistre le plus net recul est le poireau (-12 %). Notre fierté nationale, l'endive, conserve la quatrième place, avec 3,15 kilos, tout en perdant des acheteurs et du volume. Les prix élevés de l'endive ont fait augmenter les dépenses de 12 %. Les autres légumes qui enregistrent les plus fortes baisses sont : le chou chinois, les salsifis, le cresson alénois, la chicorée, le chou rouge et plusieurs types de salades tels que la frisée, la feuille de chêne et la laitue.

La salade mélangée, premier produit en croissance
Point remarquable : le persil, le panais, la betterave rouge, l'aubergine et le radis ont enregistré les plus fortes hausses en 2015. Les familles ont également acheté plus de salades mixtes préemballées et de roquette. Dans le rayon des salades, les salades mixtes préemballées gagnent du terrain et, en termes de valeur, ce produit devient le premier segment avec 30 % de part de marché.
Les légumes qui ont connu le plus net recul sont : le chou chinois, les salsifis, le cresson alénois, la chicorée, le chou rouge et plusieurs types de salades tels que la frisée, la feuille de chêne et la laitue.

La pomme en tête de liste des fruits les plus achetés
Avec 8,790 kg par personne, la pomme reste le premier fruit présent dans la corbeille des ménages. Cette variété de fruit a perdu 1 % de volume et, du fait de son prix plus faible, 5 % en termes de dépenses. L'augmentation du nombre d'acheteurs de pommes est cependant un élément positif. Le top dix se présente comme suit : pomme, banane, orange, mandarine, poire, melon, raisin, kiwi, fraise, nectarine / pêche. Les melons (+16 %), les kiwis (+7 %) et les raisins (+6 %) ont enregistré la plus forte augmentation dans le top dix. La pastèque est le fruit qui a connu la plus belle progression l'année dernière. Font également partie des plus fortes hausses : les myrtilles, les mûres, les figues et les framboises. En revanche, les groseilles et les ananas sont les fruits qui ont connu le plus net recul. Après une année 2014 record, durant laquelle les consommateurs ont été incités à soutenir les producteurs de fruits belges dans la foulée du boycott commercial instauré par la Russie, les ventes de poires ont connu une forte baisse, revenant ainsi à leur niveau normal.

La Jonagold demeure le leader du marché
Dans la catégorie des pommes, le leader du marché, la Jonagold (qui était beaucoup moins chère) maintient le cap avec 43 % du volume et 32 % de valeur. La Jonagold est la préférée des pensionnés. Les variétés de pommes classiques telles que la Golden Delicious et la Granny Smith, ainsi que les variétés plus récentes, comme la Belgica et la Kanzi, perdent du terrain, principalement au profit de la Pink Lady. Cette dernière variété se vend beaucoup plus cher et elle s'adresse principalement aux ménages composés de deux personnes qui travaillent et aux ménages aisés avec enfants.

Les petits fruits rouges, plus populaires que jamais
L'une des tendances qui ont marqué l'année 2015 est l'augmentation de la consommation de petits fruits rouges : surtout les myrtilles, les mûres, les figues et les framboises. Les chaînes de supermarchés et les sites de vente à la criée confirment que les petits fruits rouges sont plus populaires que jamais. Ils font à présent partie des produits de base. Le VLAM explique cette croissance spectaculaire dans le contexte de la mode des super-aliments : les petits fruits rouges sont un en-cas sain, que l'on peut aussi aisément intégrer dans des plats. " Délicieux, sains, polyvalents et rafraîchissants ", tels sont les quatre arguments déterminants qui poussent les consommateurs à acheter des petits fruits rouges.

Des dépenses plus élevées pour des volumes en recul
L'année dernière, les dépenses en fruits et légumes frais ont augmenté plus rapidement que la moyenne (+5,3 %).  Concrètement, cela représente une augmentation de 6 % pour les fruits et de 4,3 % pour les légumes. Pas d'augmentation des volumes de vente donc, mais des prix moyens en magasin pour expliquer ce surcroît de dépenses. En 2015, le Belge moyen a de ce fait consacré une part un peu plus importante de son budget à des fruits et légumes : 92 euros pour les légumes frais et 112 euros pour les fruits frais, soit au total 204 euros.
La consommation domestique de légumes frais a diminué de 2,6 %. Les fruits frais étaient plus chers, mais les volumes par personne sont restés stables. En 2015, les ménages belges ont acheté en moyenne 39 kilos de légumes frais et 47 kilos de fruits frais, soit ensemble plus de 86 kg. 

La tomate cerise gagne en popularité
La tendance des tomates spéciales se poursuit. Les tomates en grappes perdent du terrain, tandis que les tomates-cerises ont largement gagné en popularité depuis quelques années. Elles sont aussi plus souvent achetées pour une consommation à domicile. Elles représentent à présent une part de volume de 17 % et une part de valeur de 34%. L'année dernière, les tomates-cerises étaient deux fois et demie plus chères que les tomates en grappes. Les tomates en grappes se vendaient 8 % plus cher que les tomates en vrac et les tomates allongées roma 12 % plus cher que les tomates en grappes. En termes de valeur, les tomates-cerises sont à présent le segment le plus important du rayon des tomates.

La consommation domestique est la norme
Le domicile reste le principal lieu de consommation des fruits et légumes. Sur le total des moments de consommation, deux sont à la maison. Les fruits sont un peu plus souvent consommés à la maison, au travail ou à l'école que les légumes. Sur les moments de consommation de fruits, 69 % se déroulent à la maison, 4 % dans la famille / chez les amis et 17 % au travail ou à l'école. Les fraises et les oranges sont relativement plus consommées à la maison que les pommes, les poires ou les bananes.

La distribution affiche une image stable
En ce qui concerne la distribution, les changements sont peu nombreux ces dernières années. Avec 48 % de parts de marché, " Dis 1 " demeure un solide leader du marché, suivi par le hard discount avec 24 %. Les supermarchés de proximité arrivent en troisième position, avec 14 % de parts de marché. Les marchés restent stables à 5 %, et les commerces spécialisés reculent à 3 % de parts de marché.

(*) Telles sont les principales conclusions de GfK Belgium, qui suit les achats destinés à la consommation à domicile de 5 000 ménages belges à la demande du Vlaams Centrum voor Agro- en Visserijmarketing (VLAM).

Lava
Flandria
Nieuws
Contact